Qu’est-ce qui m’a attiré dans le cosplay ?

Comme je suppose beaucoup d’entre vous, je suis tombé dans l’univers manga un peu par hasard. Un jour en allumant la télé, une chaîne diffusait Dragon Ball. Autant vous dire que mon père a refusé presque catégoriquement que je change de chaîne, tout heureux de revoir les dessins animés de son enfance. Alors, curieuse, je me suis assise près de lui pour regarder aussi. Je suis littéralement tombée sous le charme des dessins qui ne ressemblait pas à ceux des dessins animés que j’avais l’habitude de regarder. Comme une vraie drogue, je me suis mise à regarder tous ceux qui passaient sur cette chaîne tôt le matin avant de partir à l’école. Prise de passion, j’ai alors commencé à en regarder beaucoup d’autres, à en lire aussi. Petit à petit, ma mangathèque commençait à grandir à travers énormément de collections diverses et variées. Je me suis donc intéressé toujours plus à cet univers qui me fascinait déjà petite, à tel point, qu’il a fallu que j’entasse et crée des doubles rangées sur les étagères pour pouvoir tout ranger.

@Collections avant de déménager. Retrouvez-la sur mangasanctuary

J’ai, par la suite, découvert le cosplay. J’ai été curieuse de voir des personnes enfiler le costume de leurs héros et de les interpréter. Très franchement, au départ, je me suis demandé pourquoi faire une telle chose. Puis finalement, je suis allé à ma première convention qui fut la Japan Expo Sud de 2011.

@Jkanda en rouge, une fille juste adorable qui m’a surprise à demander une photo ! 2012

Plongé dans l’univers de façon totalement immersive, je me suis perdue dans les allées de la convention comme une petite fille. Finalement, j’ai compris ce qui m’a attiré dans le cosplay. Voir mes héros, mes personnages préférés, en chair et en os. Bien que ce ne soit pas eux, ils étaient là, devant moi à jouer leurs rôles. J’étais accompagné par mes parents et ma grand-mère (qui à cette époque habitait à Marseille à deux pas du parc Chanot). Eux aussi ont été plongé dans un univers totalement fantastique et presque extraordinaire. La convivialité des personnes présentes réchauffe les cœurs et aide aussi à l’évasion. Cette même année, je me souviens, j’étais déjà bien fan de Block B, je me suis retrouvé à danser et chanter Nalina au stand de K-pop devant un photographe qui a surement dû me prendre pour une folle.

Petit plus, pour ceux qui ont pu voir mes albums avant de voir ses articles, vous souvenez-vous que j’ai dis que Vocaloid n’est pas une licence que j’apprécie outre mesure ? Pourtant, j’ai cosplayé une des nombreuses versions de Miku ! Eh oui, je vous avoue ne pas être très à l’aise avec ce cosplay, mais il a existé dans mes placards. Je vous ressors les dossiers...C’est pas beau, mais nous démarrons tous de quelque part, n’est-ce pas ?

@Jkanda, Japan Expo Sud 2015, Marseille.

En grandissant, je m’en suis un peu éloigné. Endosser les costumes de ses personnages ne m’intéressait pas trop. J’ai toujours préféré les regarder que les incarner, bien qu’il y a peu, je me suis surprise à m’y remettre légèrement entre deux photos. Mais bref, là n’est pas le sujet !

Mon appareil photo m’est tombé dans les mains grâce au mariage de mes parents, je n’ai pas voulu m'arrêter à ça. Étant de nature très curieuse et aussi observatrice, je me suis tourné vers la photo de portrait. Quoi de mieux que le cosplay pour explorer plusieurs facettes de la personnalité de l’être humain ? J’ai donc tout naturellement débuté ainsi, à photographier les cosplayers que je croisais en convention, puis, par la suite, en shooting extérieur. Je me lasserais peut-être un jour de tous ses univers, mais, pour le moment, je n’en ai pas encore fait le tour. Seriez-vous intéressé pour me montrer votre univers à vous ?

@Kairi Otakkun, Melookay, Amekumi, Japan Expo Sud, Marseille, 2020